Tutoriel Zend Studio for Eclipse


précédentsommairesuivant

II. L'application

II-A. Structure

Le but de ce tutoriel étant de vous présenter les nouvelles fonctionnalités de Zend Studio for Eclipse, je ne vais pas trop m'attarder sur l'application en elle-même. Nous allons donc développer une calculatrice simple permettant de faire des additions, soustractions, multiplications et divisions. Ci-dessous le schéma UML de l'API.

Schéma UML de l'application
Structure de l'application

La structure est donc extrêmement simple, une classe de la couche « Modèle » et un contrôleur qui fera le lien entre la vue et le modèle. C'est très important de ne pas coder de parties « fonctionnelles » dans les contrôleurs pour deux raisons : premièrement, on ne respecte pas le design pattern MVC et, deuxièmement, cela complique considérablement les tests unitaires. Je dis ça en passant, mais ce n'est bien sûr pas l'objet de ce tutoriel ;-)

II-B. Aperçu

Tout au long de cet article, je vais utiliser des termes pour décrire les différentes zones de l'éditeur. Ci-dessous vous retrouvez les différents termes :

Interface de Zend Studio for Eclipse
Interface de Zend Studio for Eclipse
  1. Sélecteur de perspective
  2. Explorateur de fichiers
  3. Zone principale
  4. Vue PHPUnit
  5. Vue MVC
  6. Onglets d'informations (Debug, Console, Problem, etc.)
  7. Traçage des erreurs (par rapport à PHPUnit)

précédentsommairesuivant

Vous avez aimé ce tutoriel ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons suivants : Viadeo Twitter Facebook Share on Google+   

  

Les sources présentées sur cette page sont libres de droits et vous pouvez les utiliser à votre convenance. Par contre, la page de présentation constitue une œuvre intellectuelle protégée par les droits d'auteur. Copyright © avril 2008 Alain Sahli. Aucune reproduction, même partielle, ne peut être faite de ce site ni de l'ensemble de son contenu : textes, documents, images, etc. sans l'autorisation expresse de l'auteur. Sinon vous encourez selon la loi jusqu'à trois ans de prison et jusqu'à 300 000 € de dommages et intérêts.